Qu’est-ce que les TCC ?

Les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) représentent aujourd’hui le courant psychothérapeutique le plus largement validé par la recherche scientifique.

La TCC est une approche collaborative qui se base sur un échange constant entre le patient et le thérapeute. Cette collaboration permet d’évaluer le problème, la mise en place des objectifs et des stratégies adaptées et de mesurer les résultats obtenus ainsi que l’évolution de la situation. Elle s’adapte à la singularité de l’individu et est tournée vers le moment présent (comment faire aujourd’hui ?).

La thérapie permet d’aider le patient à trouver des solutions à ses problèmes actuels. Pour cela, patient et thérapeute travaillent ensemble à :

  • Développer une compréhension commune des problèmes exposés par le patient,
  • Identifier comment ces problèmes viennent affecter les comportements, les émotions, les pensées et le fonctionnement quotidien du patient,
  • Définir les hypothèses de travail pour aboutir à un nouvel apprentissage et à remplacer le comportement inadapté par un comportement plus adapté correspondant à ce que souhaite le patient.

Le praticien TCC utilise une multitude de techniques dont le but est d’aborder aussi bien les modes de pensées que les comportements. Le patient pourra utiliser le temps entre les séances de thérapie pour mettre à l’essai les éléments discutés en séance et pour éventuellement faire des exercices. De ce fait, le patient apprend de façon progressive à :

  • S’affirmer, en se confrontant aux situations stressantes par une habituation progressive visant à diminuer l’impact émotionnel d’une situation (imagination, scénario catastrophe, in vivo).
  • Se familiariser avec des exercices cognitifs ciblant les pensées et schémas dysfonctionnels en apprenant à les modifier, les assouplir, afin qu’ils soient plus adaptés et équilibrés.
  • Travailler, grâce à des exercices émotionnels, sur l’acceptation, la conscience des différentes émotions et la bienveillance envers soi-même.
  • Utiliser des exercices corporels qui cherchent l’apprentissage de la détente (cohérence cardiaque, manœuvre vagale, la relaxation de Jacobson, respiration diaphragmatique lente, etc.).

À qui s’adresse les TCC ?

Des recherches scientifiques portant sur l’évaluation de l’efficacité des thérapies comportementales et cognitives ont permis de conclure que cette thérapie est particulièrement efficace pour :

  • L’anxiété et les attaques de panique
  • Les états de stress post-traumatiques
  • Les phobies (agoraphobie, phobie sociale, phobie des animaux, et autres phobies)
  • La dépression
  • Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
  • Les troubles des conduites alimentaires (TCA)
  • L’insomnie
  • Les problèmes psychologiques de l’enfant et de l’adolescent (anxiété, phobie, hyperactivité, autisme, dépression…)
  • Les problèmes relationnels…

Comment se déroule une thérapie TCC ?

Première phase : pré-traitement (3 à 6 séances en général). Il s’agit des premières rencontres qui permettent d’évaluer le problème du patient. Cette phase se compose de l’analyse du problème tel qu’il se présente « ici et maintenant », en explorant ses différents aspects (analyse fonctionnelle). Les entretiens sont complétés par la passation de questionnaires. Au cours de cette phase, le patient précise les objectifs thérapeutiques qu’il souhaite atteindre. Le thérapeute explique au patient ce qu’il comprend de son problème et lui donne les informations psychologiques à ce sujet. Cela permet d’établir un « état des lieux » qui sera utile pour mesurer les progrès du patient et l’efficacité du traitement.

Deuxième phase : traitement (10 à 30 séances environ, mais le nombre varie en fonction du problème à traiter). Cette phase est la thérapie proprement dite. Le processus thérapeutique s’effectue idéalement au cours de séances hebdomadaires d’une durée de 60 minutes. Les séances suivent un déroulement précis.

Troisième phase : post-traitement (2 ou 3 séances en général). Une fois les objectifs thérapeutiques atteints, la phase de traitement s’arrête. Le patient est tout de même invité à revenir en séance 2 ou 3 fois à des intervalles plus longues afin de vérifier que les progrès se maintiennent et pour « prévenir » les rechutes.

Categories:

Tags:

Comments are closed